Le début d’année est souvent le moment de te plonger dans ton planning de courses. Et ce, afin d’organiser ton entraînement en conséquence pour que ta saison se passe au mieux. Enter progrès et plaisir. Parce qu’avoir une idée de là où tu veux mener ta barque t’aidera à conserver la bonne direction.

Ainsi, aujourd’hui, nous allons voir comment bien organiser ton planning de courses.

Pourquoi un planning de courses est-ce important ?

Le mois de janvier (ou celui de septembre selon comment tu visualises le déroulement de ton année) est particulièrement propice pour comment à remplir et surtout à organiser ton calendrier de courses. Mais il ne faut pas le faire n’importe comment. Notamment en le surchargeant. Je trouve particulièrement intéressant d’avoir un planning de courses pour différentes raisons.

Dans un premier temps, avoir un objectif m’aide beaucoup à conserver ma motivation intacte, et à rester régulière dans mes entraînements. À garder mon mental fort lors des séances particulièrement difficiles. Je sais pourquoi j’y vais, pourquoi je m’entraîne. Et je ne me pose pas de questions ! C’est un peu la carotte qui me fait avancer.

Dans un second temps, avec un planning de courses équilibré, je suis capable d’organiser mon entraînement. Et de bien le répartir sur toute l’année. L’objectif étant de progresser certes, mais surtout de kiffer au maximum chacune de mes courses ! De bien gérer mon niveau de fatigue aussi, et ainsi d’éviter au maximum les blessures.

À lire : “Le culte de la performance | Progrès vs. Plaisir ?

Bref, à mon sens, avoir un calendrier de courses est primordial. Tu n’es pas obligée de bloquer toutes les dates de tes courses. Juste garder des options au crayon à papier dans ton agenda et aviser au fur et à mesurer que les semaines s’écoulent en fonction de tes envies, de ton niveau de forme (ou de fatigue) et tes disponibilités.

Comment bien remplir ton planning de courses ?

Il y a plusieurs façons de bien organiser ton année running.

 

1) Tu articules ton année autour de défis

Cette année, c’est décidé, tu participeras à ton premier (semi-)marathon ! Ainsi, tu vas organiser ton entraînement en fonction de cet objectif. Moi, ce sera le marathon de Nantes le 28 Avril. Les autres défis de l’année sont encore notés au crayon de papier dans l’agenda, en fonction de mon niveau de forme et de mes possibilités du moment.

Ainsi, ces différentes défis que tu voudrais bien te lancer vont rythmer ton année. Ton entraînement va se calquer sur tes besoins pour les réaliser. Fais attention, cependant à ne pas trop rapprocher dans le temps ces fameux défis. Au risque de te mettre trop de pression et d’arriver trop fatiguée…

2) Tu connais tes temps forts et tes temps faibles

Tu commences à bien te connaître, et tu sais quels sont les moments où tu pètes le feu. Et ceux a contrario où la motivation n’est pas au rendez-vous. Par exemple, je sais qu’il y a deux moments dans l’année où je n’ai absolument pas envie d’aller courir.

L’été, parce qu’il fait tout simplement trop chaud et que je préfère largement aller barboter dans la mer. Faire du paddle et autres… Et le mois de novembre, où entre les mauvais jours et la perte de luminosité, mon moral en prend un coup. Tout comme ma motivation pour aller courir.

Ainsi, je cale tous mes gros objectifs au printemps. Parce que je sais que je suis au top de ma forme entre avril et juin. Et que la nécessité d’une prépa hivernale renforce ma motivation à aller braver le froid. En été, je pratique tout simplement à l’envie car malgré tout, je reste plutôt active pour une reprise en douceur en septembre. Tout en me programmant un petit objectif pour fin novembre afin de combattre la morosité ambiante.

Ainsi, tu peux articuler ton planning de courses autour de tes temps forts et de tes temps faibles pendant l’année.

 


Cet article t’intéresse et tu souhaites en découvrir plus ? N’hésite pas à t’inscrire à ma newsletter ! ⬇️


 


3) Tu te lances des défis que tu cales sur tes temps forts

C’est ainsi que je fonctionne pour remplir mon planning de courses. Je repère à l’avance les courses qui me plairaient en fonction de leur date (et je cherche aussi la date d’ouverture des inscriptions pour les plus demandées).

À lire : “Ces courses que je rêve de courir”

Ainsi avoir une idée des dates des courses qui me font envie me permet de ne pas louper les dates d’inscriptions de celles qui me tiennent le plus à coeur. Et de pouvoir fonctionner selon l’humeur et la forme du moment.

 

Plaisir vs. Performance pour remplir ton planning de courses

Du temps où j’habitais sur Paris, je participais à beaucoup de courses. Tout simplement pour le plaisir de prendre le départ avec les copains. Je n’y allais jamais avec un objectif chrono. Même si je le reconnais, j’ai fracassé mes RP à chaque fois de manière totalement inattendue. Peut-être justement parce que je ne me mettais pas la pression du chrono 🤔

Bref, tout ça pour dire que tu dois différencier les courses à objectif chrono de celles juste pour le plaisir, qui seront moins fatigantes. Car courues moins vite.

Ce sont d’ailleurs ces courses “plaisir” que je note au crayon de papier dans l’agenda pour me décider au dernier moment si je la fais ou non. Alors que les courses “objectif chrono” sont validées à l’avance pour avoir le temps de mettre en place l’entraînement adéquat.

 

Et toi ? Quelles courses as-tu prévu pour 2019 ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.