Le mois dernier, j’ai fait l’aller-retour sur la journée pour rencontrer Newfeel à Villeneuve d’Ascq, aux côtés de Cam Dewoods et de Vivre Healthy (alias Pauline). Le but de cette journée était de nous faire (re)découvrir Newfeel et la marche, qu’elle soit sportive, nordique ou athlétique.

Ayant déjà écrit des articles sur la marche sportive et sur la marche nordique, je ne vais pas y revenir dessus. Non, j’avais plutôt envie de revenir sur un point qui a été évoqué lors de nos discussions, notamment grâce aux questions multiples de Camille : le culte de la performance.

le culte de la performance

En effet, suite à la question très pertinente de Camille (“Pourquoi la marche est-elle perçue comme un sport de vieux, malgré son accessibilité  et ses bienfaits ?”), Newfeel nous a apporté un élément de réponse : le culte de la performance en France.

En effet, tu as peut-être pu le remarquer dans ta pratique sportive personnelle, mais souvent on fait du sport pour être meilleur, pour être le ou la meilleur(e)… En musculation, on veut soulever plus lourd que son voisin. Alors qu’en course à pied, on veut courir plus vite que l’autre. Pour le football, on veut marquer plus de but…

Bien trop souvent, on rentre en compétition avec l’autre… Ou l’autre se fait en compétition avec nous…. Alors qu’en fait, on s’en tape royalement de qui est meilleur que l’autre. L’essentiel n’est pas là. Surtout pour le pratiquant lambda. Nous ne sommes pas des professionnels, nous ne jouons pas nos avenirs à chaque entraînement…

Certes, les progrès font toujours plaisir. Mais à trop se concentrer sur le fait de progresser, on en oublie le bien-être et le plaisir que nous procure le sport… De plus, à toujours vouloir être meilleur(e), on tombe dans la comparaison. Comparaison avec soi-même. Comparaison avec les autres. Seule compte la performance.

À cause de ce culte de la performance, on en oublie l’essentiel : la raison pour laquelle on s’est initialement mis au sport. Pour se faire du bien, pour se défouler, pour prendre du plaisir… Pour prendre soin de sa santé aussi… Mais aussi pour passer du bon temps entre amis…

Culte de la Performance : On en oublie le plaisir !

Je ne dis pas que progrès et convivialité sont incompatibles. Mais bien souvent, la recherche de progrès se transforme en compétition, et seule compte la performance. Combien de fois ai-je entendu dire ? “Oh, 2h23 sur semi… Ba dis donc, tu te traînes !” “ “Oh tu ne cours qu’à 6 au kilo ? Il faudrait que tu te mettes au fraco pour gagner en vitesse…”

culte de la performance

Déjà, de quoi tu te mêles ??? Je sais déjà tout ça, et je m’entraîne à mon rythme. Sans compter qu’il est hors de question que je me fasse vomir à chaque entraînement pour gagner une minute sur mon chrono sur 10km ! S’il y a bien une chose que j’ai appris depuis que je me suis mise à la course à pied, et au sport en général, c’est que un progrès durable est un progrès qui demande du temps…

Je veux pouvoir continuer à courir dans 30 ans, nager, marcher, bouger… Alors hors de question de brûler les étapes et de me flinguer à coups de blessures successives ! sans compter le stress que tu t’imposes parce qu’il “faut absolument que tu fasses tel chrono à telle course”… Ah quoi cela va-t-il te servir de te mettre dans le mal comme ça ?? Épater la galerie ? Satisfaire ton égo personnel ?

Je dis ça maintenant, mais moi aussi, je me suis faite avoir par ce culte de la performance. Et je me suis prise un sacré retour de bâton. Il m’a fallu un an pour comprendre mon erreur… Un an de travail sur moi-même. Un an d’accompagnement avec Yoann pour enfin trouver ma propre vision du sport.

À lire “Running et Contre-Performance : Quand courir plus vous fait courir moins bien” (article invité sur le Blog Faster Today)

Celle qui satisfait mon esprit compétitif tout en gardant la notion de plaisir au coeur de tout. Parce que sans plaisir, comment veux-tu arriver à progresser, à garder ta motivation intacte , Et ce, sans te blesser ou te dégoûter ?

C’est à cause de ce culte de la performance que la marche est vue comme un “sport de vieux”. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de compétition… Parce que ce n’est pas “un vrai sport” qui fait transpirer, perdre du poids et avoir des courbatures… Pourtant, je peux t’assurer que mon père que j’ai amené marcher 11km à une allure un peu soutenue, n’a pas pu se lever le lendemain pour cause de courbatures dans les jambes…

La marche est le sport qui va à contre-courant du culte de la performance. Tout simplement parce qu’il n’est pas “impressionnant”… Alors que quand je vois le défi dans lequel veux m’embarquer Newfeel, j’ai peur… Beaucoup plus peur que pour le marathon de Paris l’année dernière…

Bref, ce qui m’importe aujourd’hui, c’est de te montrer que tu dois pratiquer une activité sportive – marche, course à pied ou autre – pour toi, et seulement pour toi. Pour ton bien-être, pour ton équilibre, pour ta santé. Et pas pour les autres. Fais un sport qui te plaît, et non pas parce que c’est la mode.

Et laisse ce culte de la performance si cher aux Français de côté… Parce quelque soit le sport à partir du moment où tu seras régulier, tu progresseras 😉

 

Margaux Lifestyle

 

P.S. : N’hésite pas à me rejoindre sur Instagram pour suivre mes entraînements, et à t’inscrire à ma newsletter pour recevoir deux fois par mois des conseils sports, alimentation et bien-être dans ta boîte mail !

2 thoughts on “Culte de la Performance : Progrès vs. Plaisir ?”

  1. J’aime quand tu débroussailles ces sujets ! Je suis grave d’accord ! Combien de fois on m’a demandé « combien ton temps au marathon ? 5h ? T’es contente ? » Ben ouais grave j’ai FINI je m’en fous du chrono j’ai FINI et j’ai PAS marché !!

    Bref. Nul de déprécier les performances / succès des gens. Nul d’oublier le plaisir au profit de la performance à tout prix (le vomi et … ben la blessure les gars hein, j’ai encore lu un bloggeur l’autre jour qui ralait que ça performance en 2017 avait été sévèrement amputée par les blessures, près de 6 mois en cumulé, mais ptet que lever un peu le pied ça fait progresser aussi …)

    Bref.

    Sinon ce matin j’ai passé le bonjour à la tempête, ai dépassé le panneau du transilien qui disait que « retardé », « supprimé », etc, pour … aller au travail à pieds. Parce que l’Oie marche ! (la faute à la kiné qui lui a parlé d’une longue marche nocturne dans le coin (Coin !), l’Oie a direct été tenté par ce nouveau défi juste assez débile … et maintenant elle s’entraine !). Et ben tu sais quoi ? Se lever à 6h, marcher 14km, se poser sous un abri-bus pour ouvrir la thermos de café … l’Oie a A-DO-RE (meme si la pluie battante de 7 à 8 on s’en serait passés). Je passerai sous les 2h au semi en 2019, cette année j’ai rando !

    Bises, oublie pas le plaisir avant tout !

    L’Oie

    1. Et moi, j’aime ce genre de commentaires !!!! Effectivement, je ne me suis pas trop arrêté sur l’aspect blessure (parce que oui, si j’oublie mon entorse, j’ai quand même passé plus de deux ans sans blessures à kiffer au maximum ! Et ce juste parce que je suis capable d’écouter mon corps et de le laisser progresser à son rythme !). Beaucoup de personnes ne voient qu’à court terme et oublient de protéger leur corps… Tiens toi aussi, tu te laisses embarquer sur des marches longues… Par ici, on entend parler de 100km…

N'hésite pas à laisser un commentaire pour continuer la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :