En route pour le Marathon du Mont Blanc !

J’attaque ce mois d’avril, pleine de motivation et d’énergie. Non pas parce qu’il a neigé cette semaine. Mais parce que la prépa pour les 23 km du Marathon du Mont-Blanc a commencé. Je suis enfin entrée dans le vif du sujet. Non sans peur je dois l’avouer. Ce trail me fait très peur. Notamment la partie dénivelé. Parce que les 1700 m à gravir ne vont pas se faire tous seuls. Sachant qu’il s’agit de mon premier trail…

Un nouveau défi sportif : les 23 km du Marathon du Mont Blanc

Bref, ce défi sportif me fait peur. Je crains de ne pas réussir à tenir les barrières horaires : 2h30 pour faire les 12 premiers kilomètres, 6h pour boucler la course. On va être honnête, cela va être très serré pour moi. D’autant que je n’ai pas plus l’habitude que cela du dénivelé… Donc oui, j’ai peur. Mais en même temps, je suis heureuse et excitée à l’idée de me lancer dans ce nouveau défi.

C’est clairement ce dont j’ai besoin aujourd’hui. Pour sortir de ma zone de confort mais aussi varier mes objectifs. Je ne trouve plus trop de plaisirs à courir uniquement sur de la route. Plus le temps passe et plus j’aime me retrouver dans de grands espaces. C’est pourquoi j’ai commencé à me tourner vers le trail. Ainsi, j’apprends à courir autrement. J’apprends à aimer gravir des bosses, sans (trop) râler.

Malgré toute mon envie et ma bonne volonté, je ne me sens absolument pas capable de mener à bien une prépa seule. Je suis beaucoup trop irrégulière dans mon entraînement. Même si je me suis trouvée un groupe de copines avec lesquelles partager quelques entraînements pour casser la monotonie, ce n’est pas évident tous les jours. C’est pourquoi comme pour mon marathon en 2017, j’ai choisi de me donner les moyens d’être finisher de mon trail et de faire appel à un coach sportif.

Disclaimer : ceci n’est pas un partenariat.

Cela fait plusieurs mois que je galère toute seule avec mes kilos en trop et le manque de sensations à l’entraînement. Si ces derniers semaines, je me suis attachée à retrouver le plaisir de m’entraîner, maintenant, j’ai besoin de progresser et d’enfin arriver à enclencher ma perte de poids. D’où l’intérêt de faire appel à un coach sportif. J’ai perdu confiance en mes capacités, je ne progresse plus et clairement je suis frustrée. J’ai envie de retrouver en aisance. Et oui je n’ai pas honte de l’avouer, j’ai envie d’améliorer mes chronos. De retrouver mon niveau post marathon en 2017.

Ainsi, sous les conseils de mon amie Apolline, j’ai pris contact avec Pierre Munier de Xperience Training, qui est également son coach sportif, afin de construire ensemble un plan d’entraînement qui me corresponde et surtout qui m’aide à atteindre mes objectifs. Comme dit plus haut, toute seule, je n’y arrivais plus. J’étais très irrégulière, je ne savais plus comment m’entraîner. Maintenant, je reçois mes séances et je ne réfléchis plus. Ce qui est exactement ce dont j’ai besoin. Faire ne ne plus avoir besoin de réfléchir, de planifier.

Cette fin d’année scolaire est déjà assez stressante pour moi avec la fin de mon alternance qui se profile. J’ai mille et une choses qui grouillent dans ma tête, je ne me sentais pas capable d’y ajouter le stress d’une prépa.

Je ne sais pas quelle est la part de psychologie là-dedans. Cela fait à peine 5 jours que le coaching a commencé, et pourtant, je sors déjà des allures que je ne tenais plus à l’entraînement. Le Home trainer me paraît « facile ». Mais surtout, j’ai tellement envie de m’entraîner. Je ne suis plus là à me dire « oh c’est déjà vingt heures, le temps que je m’y mette, ce sera tard ». Je fais ce qui est prévu et point barre. Combien de temps cela va-t-il durer ? J’espère bien tout le temps de la prépa 😅

Au programme de la prépa : de la course à pied (of course), de la randonnée (double of course), du vélo, et du renfo… tout en continuant à côté mes entraînements de natation avec mon club de triathlon. Coachée certes, mais j’ai malgré tout besoin de garder une certain sociabilité sportive. Et retrouver mes copains de galère dans la ligne d’eau tous les mercredis soirs en fait partie.

Ce nouveau challenge sportif, c’est aussi l’occasion pour moi de redevenir la guerrière que j’étais en 2017, alors que je devenais marathonienne pour la première fois. Ce marathon, que ce soit la prépa ou la course le jour-j, m’a permis de sortir de ma zone de confort. Et surtout de prendre confiance en moi. Tu n’imagines même pas à quel point cela m’a fait du bien. Je me suis littéralement sentie invincible.

Beaucoup de projets qui sont sur le point de se conclure aujourd’hui trouvent leurs sources dans ce marathon. Notamment avoir osé faire du digital mon métier, alors même que j’avais un diplôme dans un tout autre domaine.

Ce marathon a été un véritable tournant dans ma vie. J’ai envie de retrouver la jeune femme que j’étais à l’époque. Son état d’esprit me manque. Et j’ai envie de profiter de ce nouveau défi sportif pour le retrouver.

À bientôt Chamonix !

 

Si tu aimes cet article, épingle-le ! ⬇️

Suivre:
Margaux Lifestyle
Margaux Lifestyle

Une jeune femme tout à fait ordinaire qui a décidé de rendre sa vie extraordinaire grâce au sport, au blog et au partage ! Une vie qu’elle veut croquer à pleine dents ! Runneuse, marcheuse, fitgirl, apprentie nageuse… Je vis ma vie à 200 km/h !

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :