Partir en Erasmus - mes conseils pour bien préparer son séjour

Qui n’a jamais rêvé de voyager, de découvrir d’autres cultures ? Bon et aussi de passer une année à s’amuser, rencontrer de nouvelles personnes et faire des choses que tu ne peux pas faire en temps normal chez toi ? Pour ma part, je parle de courir un semi-marathon et de découvrir l’Europe centrale :-p .

Si tu as envie de partir à l’étranger, que ce soit pour y étudier ou y faire une année de césure, Erasmus est fait pour toi ! Si tu es sociable (ou non d’ailleurs), que tu es prêt à te plonger dans un autre univers, Erasmus est fait pour toi ! Seulement quelques démarches administratives s’imposent avant. Je vais donc vous raconter mon aventure Erasmus…

Préparer son départ en Erasmus : le temps de la réflexion

Tout a commencé un soir (ou une journée, je ne me souviens plus très bien) d’octobre. La rentrée a eu lieu. Je suis en L3. Tout se passe bien. Le service des relations internationales de mon université organise une réunion d’information concernant l’année de césure et les possibilités de départ en Erasmus. Cela m’intéresse. J’ai donc trois possibilités :

  • Une année de césure pendant laquelle je fais un projet personnel : cela peut être un stage, une mission humanitaire ou n’importe quoi d’autre du moment que c’est « enrichissant personnellement » ;
  • Une année de mobilité enrichissante en Erasmus : il s’agit d’une « pause » dans mes études, je pars étudier ce qu’il me plaît pendant un an et à mon retour, j’intègre le Master 1 (pour rappel : je suis en L3)
  • Une année de mobilité « diplômante » en Erasmus : le choix de l’université d’accueil est plus restreint car mon administration s’est assurée que les programmes du tronc commun (les matières obligatoires) correspondent. Au final, j’ai peu de liberté dans les matières que je vais pouvoir/devoir choisir, mais je ne « perds » pas une année, puisqu’à mon retour, si j’ai réussi mes partiels, j’intègre le Master 2.

IMG_1596

Après cet exposé des possibilités, je suis très intéressée. Le soir même, j’appelle mes parents pour en parler. J’ai besoin de leur avis (et de leur approbation). Ma mère est partante mais me demande de « monter un projet » concernant cette année, pour lui prouver ma motivation, et surtout pour savoir dans quoi je m’embarque. Alors oui, à l’époque, j’avais 21 ans, mais quand tu dépends financièrement de tes parents, tu as encore besoin de leur accord pour un certain nombre de choses…

IMG_1547

Travailler son anglais pour être autonomone

Je sais que je veux partir, mais je ne sais pas encore où. Je m’occupe donc d’abord de la question de l’anglais, car je sais que je n’ai pas (encore) le niveau pour suivre des études totalement en anglais. Je commence par mettre mes amies dans le coup (car j’ai la chance d’avoir des amies qui ne sont pas françaises et qui  parlent mieux l’anglais que le français). A partir de ce moment, nous ne communiquerons qu’en anglais : textos, conversations….

Tout y passe !! Puis je m’inscris à des cours de préparation au TOEFL (Beaucoup d’universités demandent de justifier d’un niveau B2 pour te laisser partir ou pour te recevoir). Si comme moi, le niveau B2 ne te dit rien, sache que le niveau requis à l’épreuve d’anglais pour le baccalauréat est B1. Ainsi, le niveau que l’on me demande pour pouvoir partir en Erasmus est donc légèrement supérieur à celui du bac. En gros, pour un séjour serein, je dois être capable de communiquer et de comprendre mon interlocuteur à l’écrit comme à l’oral.

IMG_1559

 

Choisir les bonnes options pour un Erasmus enrichissant

Une fois, la question de l’anglais réglée, la course aux renseignements est lancée. Je me concentre sur la recherche d’une faculté d’accueil. Pour cela, mon université me fournit une liste d’universités. Etant donné que je suis plus partante pour une mobilité « diplômante », cette liste est restreinte à une petite dizaine d’universités.

Petite déception : aucune des facs proposées n’est en Angleterre. Mais je passe outre car je tiens vraiment à vivre cette aventure. Je commence donc à étudier les différentes possibilités qui s’offrent à moi et me concentre sur les universités qui semblent a priori spécialisées dans mon domaine de prédilection, à savoir l’économie du développement.

Ces quelques informations en tête, je prends rendez-vous avec mon responsable pédagogique pour en parler. Il me donne quelques conseils et m’aide à faire mon choix, après avoir éliminé les universités (et les pays) qui ne me conviennent pas pour différentes raisons. En gros, d’un point de vue académique, j’avais le choix entre la Norvège (Oslo), la République Tchèque (Prague) et la Turquie (Istanbul). Ce sera Prague.

IMG_1592

Comment financer son année Erasmus ?

A ce moment-là, l’aspect financier commence à entrer en jeu : la Norvège est clairement hors de la portée de ma bourse (enfin, de celle de mes parents). Mon responsable pédagogique me donne quelques pistes au sujet des bourses. J’y reviendrais plus tard.

IMG_1871

Après ce rendez-vous très instructif (et une patronne rassurée et à 100% derrière moi), la machine administrative se met en route. J’assiste aux différentes réunions. Je contacte l’université de Prague pour avoir des informations concernant les cours et l’accueil des étudiants. J’apprends que tout étudiant Erasmus a droit à une chambre dans une des résidences universitaires de la ville, mais qu’il faut s’y prendre à l’avance car c’est un service très demandé.

Cet accès à une chambre universitaire est un bon point pour Prague car cela rassure ma mère (alias la patronne) (et cela facilite les démarches quant à la recherche et l’obtention d’un logement sur place). Puis courant décembre, je monte mon dossier de candidature dans lequel je fournis mon CV et une lettre de motivation qui faisait très discours de campagne électorale (“Plus qu’une envie, un projet” si je me souviens bien…) et je remplis une fiche de vœux ainsi que mon contrat pédagogique (ma liste de cours à Prague).

Ce contrat a été réfléchi avec mon responsable pédagogique pour qu’il corresponde à la fois aux attentes de mon université (cours imposés car correspondant aux matières obligatoires que j’aurais dû assister) et à mes attentes, à savoir une spécialisation dans l’économie du développement. Puis déterminée et confiante, je donne mon dossier au service des relations internationales.

IMG_1613


IMG_1967

 

Le processus administratif pour partir en Erasmus

On est début janvier.

IMG_2560
Février arrive, je suis convoquée à un entretien de motivation. Je suis chanceuse, la veille, une émission sur Prague passe à la télé. Emission très bien faite, qui m’en apprends plus sur la République Tchèque et sa capitale, et qui me donne encore plus envie d’y aller.

J’arrive sereine à l’entretien qui se déroule en deux temps : tout d’abord, je commence par me présenter, je décris mon parcours et j’explique mon projet ; puis un petit jeu de questions-réponses commence entre moi et l’administration (très court le jeu puisqu’il a consisté en deux questions…) pour évaluer ma motivation et ma maturité. L’entretien dure une petite demi-heure.

IMG_2656

Puis l’attente commence. On nous annonce que l’on aura les résultats fin mars. Effectivement, ils tombent le 31 : je suis prise à Prague ! Commence alors le processus d’inscription à la « Charles University ». Cela se passe en deux temps : mon université (pour simplifier, je dirais par la suite UT1) envoie mon dossier à la Charles University qui décide de m’accepter ou non (en général, il n’y a pas de problème, il s’agit d’une simple formalité administrative), qui me recontacte dans un second temps en m’indiquer les démarches à suivre pour m’inscrire et pour obtenir une chambre universitaire.

Le processus d’inscription étant propre à chaque université, je ne m’y attarderais pas. Si je peux te donner un conseil, suis les instructions données par ta faculté d’accueil et respecte les deadlines !!!!

IMG_2689

Je vais revenir un peu plus en détails sur les bourses qui ont constitué un aspect très important de mon aventure administrative pré-Erasmus. Pour les bourses, il y a deux possibilités :

  • vous n’êtes pas boursier sur critères sociaux en France : vous avez droit à la bourse Erasmus (entre 150 et 250 euros par mois) ;
  • vous êtes boursier sur critère sociaux : vous n’avez pas droit à la bourse Erasmus, mais vous conservez celle que vous receviez déjà et vous avez droit à d’autres bourses. Je vous conseille de vous renseigner auprès de votre faculté, département et conseil régional.

IMG_2697

Il y a ici un calcul à faire, surtout si tu n’es « que » boursier échelon 0. Tu vas devoir comparer les montants que tu pourrais obtenir en te déclarant boursier et ceux que tu pourrais avoir en te déclarant non-boursier.

Pour ma part, j’ai fais jouer le critère de distance pour passer boursière échelon 0 et obtenir la bourse de mon conseil régional et l’AMI (ne me demande pas ce que cela veut dire, seul l’acronyme m’a marqué) qui est une enveloppe versée par le gouvernement à UT1 (et aux autres universités, je pense) qui la reverse à ses étudiants Erasmus.

Compte-tenu des bourses que j’ai reçues et du coût de la vie à Prague, j’ai ainsi pu être indépendante financièrement. Et ça c’est cool !!!! Bon, j’ai dû batailler avec le CROUS tout l’été pour obtenir mon statut de boursière et les bourses qui allaient avec !

IMG_2074

 

Le début de l’aventure Erasmus

Alors, l’été est passé, ma valise est prête, les démarches administratives sont bouclées, mon aventure Erasmus peut commencer !!! Je prends donc l’avion (enfin, le train puis l’avion) au départ de Paris, le cœur palpitant et un peu serré par l’appréhension, il faut le reconnaître. Puis, j’arrive à Hostivar Palace…

J’ai accepté de prendre une chambre étudiante pour plusieurs raisons. Et quand j’arrive pour la première fois dans la chambre qui m’est attribuée et que je vais devoir partager avec une autre fille (deux filles dans 9m² …), j’essaie vraiment de me rappeler pourquoi j’ai choisi de prendre une chambre universitaire. Parce qu’il faut l’avouer, la chambre est un peu pourrie… Mais sortir de son confort habituel fait partie de l’aventure Erasmus.

IMG_2290

Il fait très beau et je passe la première semaine à visiter la ville. Durant la deuxième semaine, a lieu la semaine d’intégration et enfin, c’est la rentrée. Avoir deux semaines de battements m’a permis de découvrir la ville et de m’habituer à mon nouvel environnement.

Et je pense que c’est très important. Une fois les cours commencés, je dois faire signer mon attestation d’arrivée (qu’UT1 m’a fournie) par la Charles University et la renvoyer au service des relations internationales. Puis je suis tranquille. Pendant l’année, j’ai juste à envoyer mes notes après chaque semestre, à répondre aux mails que l’administration française m’envoie et à faire remplir mon attestation de fin d’études, quelques jours avant mon départ.

IMG_2436

 

Mes conseils avant de partir en Erasmus

Quels sont les conseils que j’aurais aimé avoir avant mon Erasmus ?

1. LE CHOIX DE ta DESTINATION

Choisis-bien la ville où tu veux aller. En effet, quand tu dois faire ton choix, un certain nombre de facteurs doivent rentrer en compte. Tout d’abord, l’endroit doit te plaire. Tu dois vraiment avoir envie d’y aller.

Evite de partir par dépit dans une ville qui ne t’intéresse pas, car ton premier choix n’a pas été accepté. L’année (ou le semestre) risque de te paraître longue. Tiens compte aussi du coût de la vie une fois sur place.

Par exemple, j’avais le choix entre la Norvège et la République Tchèque : la chambre en Norvège coûtait quelque chose comme 500 euros par mois, et en République Tchèque, 130 euros…

2. LA QUESTION DU LOGEMENT

En général, tu auras le choix en chambre étudiante ou appartement. Si tu préfères être en appartement, je te conseille vraiment de chercher une colocation avec d’autres étudiants Erasmus. Pour cela, utilise facebook. Dans quasiment chaque grande ville européenne, tu pourras trouver un groupe qui regroupe les annonces de colocation.

Autre option, regarde si des étudiants de ton université ne sont pas déjà partis dans la ville de ton choix. Tu pourras leur demander où ils habitaient et s’ils ont des bons plans. La colocation ou la chambre étudiante sont des bons plans car tu ne seras pas isolé(e). Tu auras toujours quelqu’un avec qui discuter, et je dois avouer que les soirs d’hiver, c’est plutôt pas mal. Surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude de se séparer de leur famille et leurs amis. Erasmus, c’est avant tout un échange.

3. LES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES AVANT ET PENDANT VOTRE SÉJOUR ERASMUS

Plusieurs choses me paraissent essentielles :

  • Toujours respecter les deadlines !
  • Prends contact avec ton professeur référent qui saura te conseiller concernant ton parcours et tes attentes avant de partir et garde le contact pendant ton Erasmus !
  • N’hésite pas à prendre contact avec les universités (les bureaux internationaux qui sont chargés d’accueillir les étudiants étrangers) qui t’intéressent pour avoir plus d’informations ou si tu as tout simplement une question.
4. L’INTÉGRATION

Comme je te l’ai déjà dis, ne reste pas isolé(e) ! Dans toutes les villes où il y a des étudiants Erasmus, tu trouveras des organisations proposant voyages, sorties, rencontres comme Student Zone.

N’hésite pas à participer à la journée/soirée/weekend/semaine d’intégration !! Ne reste pas seul !

5. AVOIR DE L’ARGENT

Être en Erasmus va te donner l’occasion de faire des voyages et des activités qui sont relativement peu chères, et que tu ne pourrais pas faire aussi facilement en temps normal.

Mais même si cela reste assez abordable, c’est quand même de l’argent. Essaye vraiment de travailler l’été précédent ton année ou semestre Erasmus, ce serait vraiment dommage de ne pas pouvoir y participer.

Je dois avouer que l’été 2014, je n’ai pas vraiment vu mes parents, j’ai passé mon temps à travailler. Mais avec l’argent gagné, j’ai pu faire un nombre incroyable de choses : un weekend en Bohème, une journée à Cresky Krumlov, un weekend à Amsterdam pour le King’s Day Festival, Vienne, Bratislava, Krakow, Auschwitz, du ski… Et j’en garde des souvenirs inoubliables !! Ne manque pas des occasions pareilles en préférant faire la farniente tout l’été ! Tu ne partiras en Erasmus qu’une seule fois dans ta vie !

J’espère que ces quelques conseils ont pu t’aider. N’hésite pas à parcourir mes anciens articles concernant les voyages que j’ai pu faire, ou tout simplement l’année que j’ai passée à Prague, et à me contacter en cas de questions, j’y répondrais avec grand plaisir !!

À lire : “Les incontournables de Prague, conseils et astuces

Et je te laisse sur quelques photos de Prague, juste pour le plaisir de se remémorer le temps fabuleux passé là-bas !

IMG_3246

IMG_3307

IMG_3750 IMG_3740

IMG_2871

10171787_10205570478893710_8341652541298206261_n

Articles initialement publiés le 24 Septembre 2015, le 29 Septembre 2015 et le 06 Octobre 2015, et remis à jour le 27 Février 2016 (j’ai préféré n’en faire plus qu’un seul).

 

 

 

9 thoughts on “Partir en Erasmus // Mes conseils pour s’y préparer”

    1. Je n’ai qu’une chose à te dire : si tu as l’occasion de le faire, fais-le !! C’est une expérience que tu ne regretteras pas !! Tu y apprends beaucoup de choses, tu rencontres tout un tas de personnes, tu te fais des amis que tu n’oublieras jamais et surtout, tu voyages !!!
      <3

      1. Je me suis mal exprimée 🙂 j’hésite à parler de mon expérience à l’étranger lol. J’ai eu l’occasion de le faire il y a deux ans et j’ai beaucoup aimé 🙂 ça m’a fait grandir et forgé à la fois. Je me suis séparée de personnes auxquelles je tenais énormément parce que j’ai ouvert les yeux sur certaines choses qui méritaient d’être laissées.. 🙂 bref, une vraie expérience de vie ! J’ai visité, j’ai appris et ça m’a encore plus donné l’envie de voyager ahah. Depuis, je n’arrête plus. 😀 je compte bien terminer mes années étudiantes à l’étranger.
        Xoxo

  1. Bonjour, je ne sais pas si tu vas pouvoir me repondre, ça fait quelques années que cet article a été posté! 🙂 je suis en L3 et j’aimerais partir en Erasmus en M1 et je voulais te demander comment ça se passait pour le mémoire et le prof référent de master? Et puis les démarches ne sont elles pas super difficile? Ça a l’air en tous cas! Merci pour l’article, c’est très intéressant, ça avait l’air génial ! 🙂

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :