À l’occasion de la 22ème édition de la Parisienne, je suis montée le temps d’un week-end à Paris pour retrouver une partie de l’équipe féminine de Newfeel. Un week-end pour promouvoir la marche sportive et le sport féminin… Deux jours ultra intenses que j’ai adoré vivre ! Retour sur la Parisienne 2018…

Quand Newfeel m’a proposé de participer à leurs côtés à La Parisienne, je dois avouer que j’étais mitigée. Principalement parce que j’avais dit que jamais je ne participerais à cette course que je trouvais beaucoup trop genrée. Trop rose. Trop girly… Sert-elle vraiment la cause féminine ?

Mais bon, je suis ambassadrice Fitness Walking pour Newfeel. Mon rôle est de promouvoir la marche sportive sur ce type d’évènements.

 

 

Comment me suis-je préparée à La Parisienne 2018 ?

Alors je me suis préparée tout le mois d’août pour cette Parisienne 2018. L’objectif est de tenir les 7 km/h de moyenne sur la course. Le tout en marchant bien entendu 😉 . Pourquoi cibler cette allure précisément ? Parce qu’à partir de 7 km/h, la dépense énergétique est plus importante en marche sportive qu’en course à pied. Aussi les bienfaits sur ton corps et ta santé seront plus prononcés avec la marche…

Ainsi j’ai eu 5 semaines pour me refaire une petite condition physique. Parce que oui, marcher à 7 km/h, cela ne s’improvise pas. Cela demande un minimum d’entraînement. Sauf que le mois d’août a surtout été synonyme de canicule et de beaucoup de travail… Ainsi, cela m’a demandé beaucoup d’organisation pour arriver à aller m’entraîner…

C’est pourquoi j’ai fait pas mal de petites séances de fractionnés sur tapis. Des séances de 20 à 30 minutes avec de jolies phases d’accélération et des variations de rythme, et ce toujours en marchant. De plus, j’ai rajouté deux ou trois sorties longues de presque deux heures, quand mon emploi du temps et la météo me le permettaient. Sorties durant lesquels j’allais marcher sur la plage, car cela faisait énormément travailler les jambes et le cardio à cause du sable mou.

Le tout bien évidemment de séances de cardio-training et d’une à deux sorties running dans le mois.

Ainsi la question à la veille de La Parisienne 2018 fut “est-ce que ces 5 semaines d’entraînements ont été suffisantes pour mon objectif de 7 km/h de moyenne ?”.

 

La Parisienne 2018 : J-1

Bref, samedi après-midi, j’arrive sur le village départ de La Parisienne sur le Champs de Mars. Je savais que La Parisienne réunissait énormément de femmes, mais je reste ébahie devant la quantité de personnes présentes ce jour-là. Et surtout sur la piste en face de l’estrade sur laquelle de coachs s’activent pour transmettre leur passion du sport…

Une foule de femmes survoltées qui testent de nouvelles disciplines dans le monde du fitness. Tout le monde bouge, danse, s’amuse. Et c’est beau à voir. Et contrairement à ce que à quoi je m’attendais, ce n’est pas trop “rose”, trop “girly”. Résolument féminin, mais pas “princesse”. Les femmes sont là pour faire du sport, et cela se voit !

Je finis par retrouver Delphine, Alix et Elodie de Newfeel pour récupérer nos dossards et surtout ma tenue pour le lendemain. Parce oui, toute l’équipe sera déguisée suivant le thème de l’année : New York. Nous serons donc en équipe des Yankees, avec bien entendu des Newfeel aux pieds…

Quelques galères de Airbnb plus tard – et aussi quelques verres de vin blanc plus tard – il est temps d’aller se coucher pour être en forme et tout donner sur La Parisienne 2018.

 

C’est parti pour la Parisienne 2018 !

Dimanche matin, 6h45, le réveil sonne… Trop tôt pour un dimanche, mais pas le choix. On se lève et on se prépare rapidement.

À 8h, toute l’équipe, rejointe par une deuxième Elodie, Lucile et Marie, se retrouve sur le Champs de Mars… Je file vers un coucou à Lucile Woodward (Mon dieu qu’elle est grande… ou alors, c’est moi qui suis petite 🤔), avant de les retrouver dans le SAS de départ.

9h45… le départ est donné après 45 minutes d’attente durant lesquelles nous avons dansé, sauté au rythme de la musique. Tout le monde est à la fête et cela fait plaisir à voir ! Les filles de Newfeel et moi-même partons toutes ensembles. Mais très rapidement, les pavés et la petite montée ont raison de moi et je me laisse distancée par toute l’équipe. Plus grande et plus entraînées que moi, elles cavalent en tête.

Moi, je garde mon rythme. Je me concentre sur ma respiration et sur ma technique de marche. Parce que je sais que dès que mon attention se relâche, je ralentis. Or, l’objectif, je le rappelle, c’est de tenir les 7 km/h…

Sur les côtés, les supporters m’encouragent “allez, courage, on se remet à courir, ce n’est que le début…” Sauf que moi, Monsieur je fais La Parisienne en marche rapide et non pas en courant. Tu vas voir que je vais être plus rapide que certaines… 😉

Les deux premiers kilomètres jusqu’au Grand Palais sont assez compliqués à cause des pavés. La relance est difficile. Mais je m’accroche. J’en prends plein la vue. Quel bonheur que de refouler ces rues que j’avais parcouru lors du Marathon de Paris en 2017. Cela me rappelle de merveilleux souvenirs. Souvenirs qui reviennent avec plus de force encore lorsque j’arrive sur les Champs Elysées…

Je tourne autour des 8′-8’10 /km. Un peu plus rapide que prévu. Mais les jambes suivent. Les fesses tiraillent un peu mais les jambiers antérieurs me laissent tranquille.

Un dernier virage et me voici sur le magnifique Pont Alexandre III, avec toujours une très belle allure à la montre. Je remonte l’Avenue du Maréchal Gallieni en direction des Invalides. La vue est toujours aussi splendide ! Un sourire aux photographes, un demi-tour sur le rond-point, un verre d’eau à moitié avalé de travers au ravito, et me revoilà à longer les quais de la Seine.

Et surprise ! J’aperçois au loin les tee-shirts et les casquettes du reste de l’équipe de Newfeel. Alors j’essaie d’accélérer pour les rattraper. Ce serait magnifique que de faire un finish avec elles.

Je suis toujours autour des 8’/km… Plus ça va et plus je commence à dépasser des runneuses qui sont dans le dur. Je les encourage du mieux que je peux avant de continuer ma route vers la ligne d’arrivée.

Les Tee-shirts de Newfeel sont de plus en plus proches. Je me rapproche doucement des filles, je redouble d’efforts pour les rattraper. Ce qui n’est pas évident car les quais sont traitres avec ses tunnels et ses ponts. Mais je ne lâche rien, toujours concentrée sur ma technique de marche et sur ma respiration. J’ai l’avantage de bien connaître le parcours pour l’avoir arpenter un nombre incalculable de fois.

Il y a de la musique partout, ainsi que beaucoup de personnes venues encourager. C’est vraiment une belle ambiance. Une ambiance qui m’avait manqué d’ailleurs depuis mon départ de Paris.

Un dernier petit tunnel transformé en boîte de nuit pour l’occasion, et me voilà arrivée sous la Tour Eiffel. Plus que 700 mètres avant l’arrivée. Il va me falloir tout donner si je veux rattraper les filles.

On tourne sur l’Avenue de Suffren. Et là, je les vois. Alix, Delphine, les deux Elodie, Lucile et Marie qui me cherchent et qui m’attendent en me voyant juste derrière elles. Le temps de les rattraper, et j’ai droit à une olà du tonnerre. Nous faisons les 300 derniers mètres ensemble, heureuses d’avoir réalisé cette jolie course toutes les sept. Nous franchissons la ligne d’arrivée la main dans la main en 00:54:53. Soit du 7,5 km/h de moyenne !

Le contrat est rempli ! Objectif “7 km/h” plus qu’atteint !

Mes impressions sur cette Parisienne 2018

Comme je te l’ai déjà dit au début de ce compte-rendu, j’avais quelques appréhensions au sujet de cette course, notamment sur l’aspect “girly”. Il est vrai qu’une année, l’organisation avait fait fort en plaçant dans le sac de dotation un tampon et un échantillon de lessive… Je ne voyais pas comment on pouvait servir la cause féminin ainsi.

Et pourtant, je suis ravie d’avoir pu participer cette année à La Parisienne. D’une part parce que l’organisation s’est bien rattrapée sur les sacs de dotation (un vernis à ongles et de la nourriture). Et d’autre part, parce qu’ils ont vraiment réussi à faire du sport, une jolie fête entre femmes, mais aussi un sacré moment de partage avec les personnes – hommes, femmes et enfants – venues encourager.

Sauf que je n’ai vu que des femmes venues se surpasser – ou aider une amie, une mère, une fille, une collègue à se surpasser. Je comprends à présent tout l’engouement autour de cette course. L’ambiance est pleine de bienveillance. Et cela fait du bien.

Ma seconde appréhension concernait mes chaussures. Non pas que je n’ai pas confiance en Newfeel. C’est surtout que tester des chaussures neuves le jour même de la course, ce n’est clairement pas recommandé même si ce n’est “que” pour marcher… Mais la petite dernière, la PW 140, a vraiment tenu le choc. Ultra confortable et légère, un véritable petit chausson !

Bref, j’ai kiffé la course ! Même si j’ai mis deux jours à m’en remettre en courbatures et fatigue ! 😅

 

 

Et toi ? As-tu participé à La Parisienne ou à une autre course ce weekend ?

 

runneuse-margauxlifestyle

Une jeune femme tout à fait ordinaire qui a décidé de rendre sa vie extraordinaire grâce au sport, au blog et au partage ! Une vie qu’elle veut croquer à pleine dents ! Runneuse, marcheuse, fitgirl, apprentie nageuse… Je vis ma vie à 200 km/h !

 

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :