Depuis que je suis arrivée à São Paulo, je n’ai jamais rien vu de comparable avec l’Europe. J’ai parfaitement senti que j’avais changé de continent, que ce soit au niveau de l’architecture, de l’urbanisme, de la nourriture ou des gens en général. C’est chaque jour une découverte. Moi, petite Française qui n’est jamais sortie de l’Europe, je dois m’adapter à un nouveau rythme de vie et à un pays totalement différent de tout ce que j’ai déjà pu voir ou vivre durant mes quelques voyages et mon année Erasmus à Prague.

Tout d’abord, le pays est nettement plus pauvre que l’Europe, du moins que l’Europe de l’Ouest (n’étant jamais allée du côté de l’Europe de l’Est, je n’ai pas de points de comparaison avec ces pays). Mais ce n’est pas tant le fait que le Brésil soit plus pauvre que l’Europe qui est surprenant, mais c’est que cela se voit à chaque coin de rue.

En effet, j’étais partie naïvement en pensant que la pauvreté et les favelas se trouvaient à la périphérie de la ville et que le centre était relativement “protégé”… Quelle belle pensée typiquement européenne !!! Je me rends compte que j’ai vraiment été protégée jusqu’à présent et que ce séjour va vraiment m’être bénéfique d’un point de vue personnel, mais aussi professionnel.

Je souhaite travailler au développement économique et social des populations dans le besoin, à commencer par les femmes et les enfants. Et quel meilleur moyen que de voir réellement ce qu’est une population dans le besoin, loin des clichés européens. Attention !! Je ne suis pas en train de dire que la vie y est misérable (bien qu’elle le soit pour certains quartiers). C’est juste différent.

img_3908 img_3911 img_3913

 

De plus, les Paulistas (habitants de São Paulo) compensent l’aspect défoncé des trottoirs et des routes, celui délabré des maisons taguées et la présence des favelas par une chaleur humain, une tolérance et une ouverture d’esprit à toute épreuve. Les gens ici sont très “friendly”, et pas seulement “gay-friendly”.

Même si les personnes qui s’occupent de moi dans le cadre de mon stage me disent qu’il faut faire attention et ne croire personne (encore moins suivre quelqu’un), et que les habitants de São Paulo ne sont pas très accueillants, j’ai toujours trouvé quelqu’un pour m’aider que ce soit pour trouver mon chemin, pour m’indiquer le bon arrêt pour descendre du bus, ou pour appeler les personnes m’encadrant, mon téléphone ne fonctionnant pas encore…

Imaginez-vous perdu dans une ville de onze millions d’habitants (soit plus que la population totale de la République tchèque…) qui ne parlent pas anglais, ou très peu, où vous ne parlez pas la langue locale avec un téléphone qui ne fonctionne qu’en présence de wifi… Je pense vraiment avoir la petite phrase magique pour m’attirer la sympathie des gens:

Nao falo português (Je ne parle pas portugais…)

Les Paulistas sont d’une gentillesse, vous ne pouvez pas l’imaginez. Surtout ma famille d’accueil !!!

20150703_222606

20150703_222635

Je dois encore m’habituer à la vie ici, la vie dans une mégalopole de onze millions d’habitants, et ce n’est pas tous les jours faciles. Ma mère m’a dit l’autre jour, alors que je lui expliquais mes deux fois deux heures de trajet pour aller à l’association où je travaille et rentrer chez ma famille d’accueil, que cette expérience à São Paulo allait me vacciner des grandes villes. Seulement je ne connais pas beaucoup d’autres villes de la taille de São Paulo, New York n’a “que” 8.3 millions d’habitants..Cela dit, je veux continuer à voyager et à découvrir d’autres continents, donc peut-être qu’un jour, j’irais dans une ville plus grande que São Paulo, qui n’est à près tout que la neuvième ville la plus grande du monde… En attendant les “grandes” villes françaises comme Toulouse, Montpellier, Bordeaux ou même Paris ne sont que des fourmis comparées à la mégalopole brésilienne.

20150706_082252

20150706_082259

Outre le fait de devoir m’habituer à la vie dans cette ville géante (à commencer par les temps de transport), je découvre tous les jours un peu plus une nouvelle culture et cela commence par la nourriture: eau de coco, brigadeiros, association de riz-haricots, nouveaux fruits… Et je dois dire que j’adore ça !

20150706_201705

Cette semaine, j’ai rencontré les gens de l’association où je vais travailler ainsi que les enfants dont ils s’occupent. J’ai juste adoré. Nous avons passé notre journée hier à cuisiner et manger… Et faire le bonheur d’enfants juste avec un simple gâteau au yaourt et au chocolat, cela n’a pas de prix !! J’ai vraiment hâte de commencer enfin ce pourquoi je suis venu au Brésil, à savoir travailler sur la campagne marketing de l’association et lever des fonds.

img_3868

img_3879

img_3880

fb_img_1436369655856

 

À bientôt pour plus de photos !

 

6 thoughts on “São Paulo et le Brésil: Premières Impressions”

  1. Deux fois 2h de trajet…. et dire qu’ici quand ça dépasse 30-45min on se plaint. Tu reviendras sans aucun doute grandi, tu verras le monde autrement. Ton récit me fait penser à ce que me racontait ma belle-soeur après ses 5mois en Asie.

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :