Rêver sa Vie ou Vivre ses Rêves ?

En ce moment, j’ai comme une sensation bizarre. J’ai juste l’impression que le temps me file entre les doigts. Impression renforcée par la crise sanitaire que nous traversons et qui nous a obligés à mettre nos vies entre parenthèses depuis trop longtemps. Aujourd’hui, j’ai bientôt 29 ans, et j’ai l’impression d’avoir perdu 12 mois de ma vie. Et que ma vingtaine a filé à vitesse grand V sans que je n’ai eu le temps d’en profiter pleinement. Sans que j’en n’ai eu le temps de construire les projets de vie qui me tenaient à coeur. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir un train de retard…

C’est un sentiment assez bizarre. D’un côté, je vois cette barre des 30 ans se rapprocher de plus en plus vite et avec elle, un certain compte-à-rebours. De l’autre, je n’ai pas l’impression d’avoir pu, d’avoir su profiter de ma jeunesse (même si je le conçois après 30 ans, notre vie est loin d’être terminée). D’avoir su profiter de cette période d’insouciance et de folie qu’est la vingtaine. Il y a tellement de choses que j’aurais aimé faire. De projets que j’aurais voulu mener à bien.

Vivre ses Rêves... Un jour, peut-être...

Une impression d'être en retard...

Dans 15 mois, j’aurais 30 ans. Et je ne me sens juste pas prête à franchir ce cap. Alors que professionnellement, je suis encore dans le flou et l’incertitude. Alors que financièrement, je dépends encore pour beaucoup de choses de mes parents. Et que personnellement, je suis toujours aussi paumée. Et bien trop souvent seule.

D’un côté, j’ai l’impression de ne pas avoir profité. De l’autre que j’ai perdu mon temps sur un certain nombre de points. Que j’ai mal mené ma barque. C’est con, mais plus jeune, j’imaginais ma vie autrement. Je pensais qu’à l’aube de mes 30 ans, côté job, ce serait bon. Que je serais autonome financièrement, et surtout en capacité de m’offrir ce dont j’ai besoin/envie sans trop réfléchir ou compter. Et surtout que je ne serais plus seule. Que j’aurais commencé à construire un projet commun avec un homme doux, aimant, gentil…

Clairement, je ne m’imaginais pas célibataire à presque 29 ans. D’une manière générale, je pensais que je serais plus « avancée ». Et là, entre mon année Erasmus à Prague en 2014-2015 et aujourd’hui, j’ai l’impression que le temps a filé, sans que je ne puisse construire quoi que ce soit. Que je lève à peine la tête du guidon. Tant de choses se sont passées. Mais elles n’ont pas mené là où je l’aurais voulu. J’ai été en couple, mais ces relations n’ont pas duré. J’ai quitté, j’ai été quittée. J’a eu un premier Master mais qui ne m’a pas permis de trouver un emploi qui me convenait. Je me suis lancée à mon compte, mais je n’ai pas réussi à en vivre. J’ai accordé ma confiance, souvent à tort et j’en ai souffert.

Tenter l’aventure de l’entrepreneuriat était nécessaire pour moi, cela m’a conforté dans l’idée qu’il faillait que je change de voie professionnelle et cela m’a poussé à reprendre mes études. Et bien que des ajustements soient nécessaires, je pense retenter l’aventure de l’entrepreneuriat une fois ma formation achevée.

Toujours célibataire

À presque 29 ans, j’ai beaucoup plus de certitudes qu’à mes 20 ans. Je sais plus ou moins quel type de vie j’ai envie de mener. Et surtout quel type d’homme j’ai envie – et non pas besoin (même si je suis une accro aux câlins et à l’affection !) – d’avoir dans ma vie. Je me rends compte à quel point je suis exigeante… Je rêve d’amour, de passion, de complicité, d’aventures, de voyages… Je rêve de rencontrer quelqu’un qui sera capable de supporter cet aspect « blogueuse » que je ne suis pas prête de lâcher… Qui me tirera vers le haut, qui me soutiendra et qui m’encouragera dans mes projets.

Quand on en parle entre copines, je dis souvent en rigolant que l’homme parfait pour moi doit être un entrepreneur photographe et triathlète… Sauf que vu mon rythme de vie actuel et celui auquel j’aspire, je ne rigole qu’à moitié… Je n’ai pas envie de demies mesures. Peut-être ai-je lu trop de romances ? Peut-être suis-je en train d’idéaliser les relations amoureuses (vu que la plupart des miennes ont été plus que bancales jusqu’à présent…) ? Très certainement.

Mais je te l’ai dit, je n’aime pas la demie-mesure. Aujourd’hui, j’attends celui qui me fera vibrer. Celui qui mettra des paillettes dans ma vie, me fera rire… M’aimera pour ce que je suis tout simplement. En attendant, je me concentrer sur moi. Parce que s’il y a bien une chose que j’ai appris de mes précédentes relations, c’est que je ne serais jamais heureuse à deux tant que je ne suis pas bien toute seule…

Un avenir professionnel encore incertain

Or, même si je commence enfin à avoir quelques certitudes, j’ai encore tant de choses à construire. D’inquiétudes à apaiser. Et je crois que ça, je n’y arriverais que quand j’aurais réussi à assurer mon avenir professionnel. Comme je le disais dans un de mes posts Instagram récemment, il me reste 16 mois avant d’être diplômée, 16 mois avant la fin de mon alternance., 16 mois pour faire en sorte d’avoir le choix entre entrepreneuriat et salariat.

Donc je me concentre sur ces projets qui me tiennent à coeur : le premier autour de la photographie et du body positive pour aider les femmes à changer le regard qu’elles portent sur elles-mêmes, et le second qui a germé cette semaine autour d’un accompagnement pour toutes celles et ceux qui voudraient se lancer dans le blogging. J’ai travaillé comme une folle ces dernières semaines, profitant du chômage partiel pour avancer au maximum. Mais parfois je me demande si je ne fais pas tout ceci pour oublier que le temps me file entre les doigts…

Aujourd’hui à presque 29 ans, je me pose un certain nombre de questions… Et je ne peux pas m’empêcher de voir l’horloge tourner. Parce que je commence à ressentir cette pression de ne pas avoir suffisamment avancé dans ma vie. C’est comme si je me réveillais tout à coup en me disant « merde, le train est parti sans moi ». Vais-je être capable de le « rattraper » ?

Je travaille d’arrache pied pour y arriver, mais justement ne suis-je pas en train de passer à côté de ma vie ? J’ai plusieurs rêves que je souhaite réaliser. Acheter mon van, le transformer et partir en road trip, voyager partout dans le monde, courir un marathon sur chaque confinement, acheter une maison et la retaper… Me marier… Avoir des enfants… Mais aurais-je le temps de faire tout ça ? Car à côté, j’ai toujours cette impression de courir après l’argent, de ne pas être capable d’assurer mon avenir financièrement. Ce qui est paradoxal… car quand j’en ai, je suis incapable d’économiser pour mes projets futurs. Ou alors très peu… Alors je travaille encore plus pour que mes projets autour du blog prennent corps et m’aident à construire la vie dont je rêve… et surtout à la vivre !

Shop My Style

Robe longue ancienne collection cache-cache – similaire ici

Escarpins ancienne collection Naf Naf – similaire ici

⬇️ Retrouve d'autres robes longues fleuries ⬇️

Rêver sa vie ou vivre ses rêves ? Mon choix est fait. Et toi ?

Envie de faire la paix avec ton assiette ? Viens rejoindre le groupe Facebook Défi Mauvaise Habitude ! Tu as un certain nombre de projets à réaliser ? Le cercle des Femmes ambitieuses et solidaires n’attend plus que toi !

 

Si tu aimes cet article, épingle-le ! ⬇️

Suivre:
Margaux Lifestyle
Margaux Lifestyle

Une jeune femme tout à fait ordinaire qui a décidé de rendre sa vie extraordinaire grâce au sport, au blog et au partage ! Une vie qu’elle veut croquer à pleine dents ! Runneuse, marcheuse, fitgirl, apprentie nageuse… Je vis ma vie à 200 km/h !

8 Commentaires

  1. Laetitia
    26 avril 2021 / 7 h 30 min

    On est d’accord que tu veux courir un marathon sur chaque continent, pas confinement ?
    Je t’envoie plein de good vibes pour la concrétisation de tes projets ! Tu verras la trentaine c’est chouette, parole de quarantenaire

    • Margaux Lifestyle
      Auteur/autrice
      26 avril 2021 / 18 h 40 min

      Oui continent C’est là que l’on voit à quel point la situation commence à me peser Je sais bien que la trentaine, c’est chouette. Je sais aussi que je me mets une pression toute seule en voyant ce cap fatidique approcher de plus en plus vite, alors que j’ai l’impression de n’avoir “rien” construit… Mais je vais y arriver

  2. Nathalie
    26 avril 2021 / 7 h 49 min

    Ma Margaux, il y a tant à dire sur ton article que je n’aurais pas la place en un commentaire… Merci tout simplement d’avoir partagé tes doutes.
    Dès que ça sera possible, je viendrai te voir ou on peut essayer de s’appeler pour en parler.
    En attendant, tu peux être fière de tout ce que tu fais malgré des temps très compliqués.
    Comme tu dis, à 30 ans, la vie n’est pas finie , sinon je serais déjà enterrée

    Courage, on discutera de tout ça mais ne lâche rien et ralentis un peu ta course pour ne plus trop anticiper…
    Bisous !

    • Margaux Lifestyle
      Auteur/autrice
      26 avril 2021 / 18 h 45 min

      Si tu savais comme juste le fait de l’écrire m’a fait du bien… Et surtout de me rendre compte que je ne suis pas la seule à avoir ses doutes. J’essaie de lâcher la bride et d’être plus dans le présent, mais j’ai tellement d’incertitudes concernant mon avenir que ne pas anticiper un minimum les choses m’angoissent énormément. Je ne suis pas de celles qui arrivent à vivre d’amour et d’eau fraîche, même si cela me ferait énormément de bien ! On se voit ou on s’appelle quand tu veux !

  3. 26 avril 2021 / 10 h 58 min

    “courir un marathon sur chaque confinement” : joli lapsus ! 😛

    Je me retrouve un peu dans ton article, sur la question des relations amoureuses, notamment, même si de mon côté je n’en ai jamais eu encore. Mais aussi la recherche de l’indépendance. J’ai un Master dans le journalisme/com’ et je me retrouve à postuler pour suivre une formation dans ce même domaine parce que mon Master ne me sert à rien… un peu de frustration là-dedans, quand même… Si je m’étais mieux renseignée, que j’avais plus fureté, j’aurais pu utiliser mes deux années de Master pour les deux années de la formation dans laquelle je souhaite entrer maintenant… Mais il y a aussi plein de gens chouettes que je n’aurais pas rencontrés et je ne peux pas regretter ça !

    Je pense que l’on se met beaucoup trop la pression. Quand je vois des amis d’amis qui se marient et ont des enfants je me dis aussi que j’ai raté un truc (je précise que je ne veux pas d’enfants, mais le mariage et l’enfantement ce sont des “points-clefs” de la vie qui disent qu’on a atteint une situation stable : c’est cette stabilité que je recherche). Si je suis prise en formation, je vais devoir sans doute encore passer deux ans dans un appartement meublé. Je n’en peux plus, je veux mon appartement à moi, avec mon bordel à moi… Mais je pense que l’on se met trop la pression, on se compare trop au cliché de : les études, le couple, la maison, les enfants, le chien. Je pense que l’on a tous les parcours que l’on a ! Si j’avais passé le permis plus tôt, j’aurais pu faire mon stage de M1 dans un parc naturel régional et être en alternance dans une radio d’autoroute en M2 ce qui m’aurait permis d’avoir déjà un boulot. Bon, c’est comme ça. J’ai fait mes choix et ma vie s’est goupillée comme elle s’est goupillée. On a tous le parcours qu’on a, ça n’a rien à voir avec une course, et ceux qui “cavalent” maintenant vont peut-être se “crasher” plus tard, avoir une crise existentielle à la quarantaine et se réorienter… Ou pas. Il n’y a aucune date de péremption sur un parcours ! Quand j’étais en Service Civique, j’ai appris que le beau-père d’un collègue avait fini ses études à 40 ans ! Il a bien galéré pour élever les enfants, etc. mais il est entré directement dans un job qui lui plaît ! parce qu’il savait un peu de tout (sociologie, archéologie, Histoire…). Je pense que tous les parcours amènent des richesses qui serviront plus tard. Il faut juste mener sa barque ! Un fleuve fait tout un tas de méandres avant d’arriver à la mer, mais il y arrive quand même ! 😉

    • Margaux Lifestyle
      Auteur/autrice
      26 avril 2021 / 18 h 57 min

      C’est là que l’on voit à quel point cette situation me pèse et que j’ai hâte qu’on arrive à en sortir !

      Et c’est clair qu’avec des si, on pourrait refaire le monde. Mais cela n’empêche pas de se poser des questions et de se dire que “si” on avait fait autrement, on n’en serait pas là… Il y a des moments où j’ai vraiment l’impression d’avoir perdu mon temps parce que rien n’a abouti là où je l’aurais voulu. Puis il y a en a d’autres où je me dis que j’ai quand même parcouru un sacré bout de chemin, et que je n’ai pas à en avoir honte.

      En tant que femme et jeune adulte, on subit énormément de pression de la part de la société, à cocher un certain nombre de cases : mariage, enfants, CDI et chien… Sauf que quand ce n’est pas exactement ce que tu veux pour ta vie, c’est compliqué d’envoyer chier tout le monde et de leur dire de se mêler de leur c*l. Comme toi, je recherche une certaine stabilité. Mais une stabilité teintée de liberté. D’où le van aménagé et la vie d’entrepreneur…

      Mais on va y arriver, j’y crois !

  4. 26 avril 2021 / 19 h 33 min

    Et c’est bien sûr la deuxième attitude qu’il faut avoir ! (même si se poser des questions peut aider à avancer, vaut mieux pas trop faire durer le malaise…) Je pense que l’on s’enrichit de toutes nos expériences ! 😀

    Haha je me gêne plus pour envoyer chier, maintenant x)

    Pas “je crois” : on va y arriver ! Parce qu’il n’y a aucune raison que les choses soient autrement ! ;D

  5. 26 avril 2021 / 22 h 21 min

    Bonjour Margaux, je serai brève mais je voudrais que tu saches que, personnellement, j’ai commencé à suivre ton blog parce que je trouve, au contraire, que tu as un parcours extraordinaire, que tu sais faire tellement de choses, que tu es allée au bout de tellement de projets, et que tu te donnes tellement les moyens de tes rêves que c’en est très inspirant. C’est en tout cas l’image que j’ai de toi à la lecture de ce blog et même si ce n’est qu’une partie de toi que tu partages ici, je pense que rien que cette partie-là porte en elle la réalisation de tes rêves !

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :