Revenge Porn & Culture du Viol

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour un petit article coup de gueule… En effet, je suis tombée sur un tweet du compte officiel de la Police Nationale qui m’a faite bondir. En vrai, je ne comprends pas comment un tel tweet a pu être publié. Le message qu’il passe est absolument nauséabond. Tout simplement parce que par sa maladresse, il légitime une certaine culture du viol. Ce qui est absolument effrayant quand on se rend compte qu’elle vient des instances censées nous protéger.

Pourquoi rien ne va dans ce tweet?

On peut se dire qu’il s’agit de prévention. Que cela part d’une bonne intention, parce que malheureusement nous vivons dans un monde rempli de méchanceté et de gens complètement détraqués. Et que oui, il est primordial de faire attention avec qui on échange ces fameux « nude », parce que l’on ne sait pas toujours qui se cache derrière l’écran. N’empêche que non, « échanger un rude, ce n’est pas accepter que de prendre le risque de voir cette photo partagée ».

Ce qui pose problème ici, c’est que de nouveau on rejette la faute sur la victime si jamais ces fameuses photos venaient à être publiées sur Internet. Or, quand on envoie des nudes à son partenaire ou son crush, c’est juste pour cette personne. Et si ces photos sont partagées, ce n’est pas la faute que la personne qui a les faites. Mais bien celle de la personne qui les a partagées.

D’ailleurs, plusieurs twittos ont repris le tweet de la police nationale (qui d’ailleurs a été supprimé très rapidement) pour en proposer une version plus adéquate comme tu peux le voir ci-dessous.

Source : @_anollli

Je suis d’accord avec le fait qu’il faut faire de la prévention, notamment auprès des jeunes, sur les dangers des réseaux sociaux et d’internet. Parce que oui, malheureusement l’arrivée d’Instagram, Facebook and co ont complètement bouleversé les relations sociales, et surtout l’ampleur que peuvent prendre les dramas et le harcèlement. Cependant, quand les autorités font de la prévention routière, ce n’est pas aux victimes que cela s’adresse. On ne leur dit pas « restez chez vous et ne prenez pas la voiture, sinon vous acceptez de prendre le risque de croiser un chauffard alcoolisé », on dit « ne buvez pas avant de prendre le volant, vous risqueriez de vous transformer en chauffard alcoolisé et de causer un accident aux conséquences dramatiques pour vous… mais aussi pour d’autres personnes innocentes ».

Toutes les campagnes de prévention se font du point de vue des « coupables ». Alors pourquoi quand il s’agit de violences sexuelles, cela se fait toujours du point de vue des « victimes » ? Mais le pire, c’est que le message est toujours culpabilisant : fais attention à ta tenue, ne sors pas tard le soir, n’envoie pas de nudes, ne sors pas seule… Laissant entendre que s’il t’arrive des bricoles, c’est que tu l’auras bien cherché… Cela me rappelle la fois où j’ai été suivie dans le métro à Paris, et la première chose que l’on m’a demandé quand j’ai raconté l’incident, c’est « et tu étais habillée comment ? ». D’où mon short en plein mois d’août par 35 degrés à Paris est une invitation à me faire suivre entre mon lieu de travail et mon domicile ?

Et là où je trouve le tweet de la Police Nationale encore plus dangereux, c’est qu’il provient de ces instances censées nous protéger. Et après on se pose la question de savoir pourquoi les victimes n’osent pas porter plainte. Mais en même temps, quel message cela renvoie-t-il quand la communication officielle de la Police Nationale dit sur son compte twitter « s’il t’arrive des bricoles, c’est de ta faute car tu n’as pas été assez prudent(e) » ?

Parce que le fond du problème, c’est ça en fait. Comment peut-on avoir confiance dans la police sur le terrain, en ces hommes et ces femmes qui portent l’uniforme quand les instances qui les représentent ont ce genre de discours ? Bon, tu me diras, déjà le message est plus que pourri quand leur grand patron, alias notre cher Ministre de l’Intérieur, a une plainte aux fesses pour harcèlement sexuel et abus de confiance…

Culture du Viol en France

Ce genre de discours culpabilisant pour les victimes fait partie de ce que l’on appelle la « culture du viol ». Tout simplement parce que cela dit en substance « s’il t’arrive des bricoles, c’est de ta faute car tu n’as pas eu un comportement responsable ». 

« La culture du viol est un concept sociologique utilisé pour qualifier un ensemble de comportements et d’attitudes partagés au sein d’une société donnée qui minimiseraient, normaliseraient voire encourageraient le viol.” Wikipedia 

Parce que quand des nudes sont diffusées, c’est la victime qui en subit les conséquences. Qui voit sa réputation anéantie. Pas le connard/la connasse qui les a partagées. Parce que forcément, la victime est une « salope » pour avoir fait ces photos. Tu remarqueras que j’utilise le terme « salope » aussi bien pour des victimes féminines que masculines. Parce que « salaud » et « salope » ont deux significations particulièrement différentes.

Il serait temps d’arrêter de culpabiliser les victimes et de réellement punir les coupables. En commençant par appliquer la loi, même si elle est loin d’être parfaite. De rappeler les bases du consentement et du respect de son/sa partenaire.

Parce que pour rappel :

  • Diffuser les nudes de quelqu’un contre son gré, c’est deux ans d’emprisonnement et de 60 000 € d’amende
  • Envoyer des dick pic non sollicitées, c’est un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende (voir plus en cas de harcèlement ou de victime mineure)

Malheureusement, nous vivons dans une société où la culture du viol a des racines particulièrement ancrées et profondes. Rien que la semaine dernière, nous avons eu droit à un tiercé gagnant de trois personnalités publiques en direct sur des chaînes de grande écoute pour se défendre d’accusions de viol et de harcèlement sexuel. Où est la place des victimes dans tout ça ? Je suis d’accord, la « présomption d’innocence ». Cependant, cela étouffe complètement la voix des victimes.

On banalise la drague lourde qui flirte avec le harcèlement sexuel. On banalise une main au cul, un bisou dans le cou (ça ne te rappellerait pas la fin d’un certain concours de Miss.)… On banalise les demandes de faveurs sexuelles. Mais où est le consentement dans tout ça ?

L’une des conséquences de la culture du viol, c’est justement ça : la banalisation de ces comportements, qui de base sont légalement répréhensibles. Les victimes n’osent plus parler, parce que de tout façon elles ne seront pas écoutées. Voilà pourquoi ce tweet de la Police Nationale me fait autant bondir : c’est du même niveau que « t’as vu comment tu étais habillée, (aka tu n’avais pas de tenue républicaine, suivez mon regard…), c’est normal que tu aies été violée ! »

Bref, il y aurait tant de choses à dire sur la culture du viol, l’irréprochabilité de notre gouvernement, l’égalité homme-femme et le respect du consentement que je pourrais y passer des jours…

Et toi ? Qu’en penses-tu ?

Envie de faire la paix avec ton assiette ? Viens rejoindre le groupe Facebook Défi Mauvaise Habitude ! Tu as un certain nombre de projets à réaliser ? Le cercle des Femmes ambitieuses et solidaires n’attend plus que toi !

 

Si tu aimes cet article, épingle-le ! ⬇️

Suivre:
Margaux Lifestyle
Margaux Lifestyle

Une jeune femme tout à fait ordinaire qui a décidé de rendre sa vie extraordinaire grâce au sport, au blog et au partage ! Une vie qu’elle veut croquer à pleine dents ! Runneuse, marcheuse, fitgirl, apprentie nageuse… Je vis ma vie à 200 km/h !

2 Commentaires

  1. Anthony M
    7 mars 2021 / 17 h 57 min

    Je ne voudrais être blessant ou passé pour un salaud mais je trouve que tu y vas un peu fort. Comme on dit dans mon métier il y a la théorie et la réalité du terrain. Alors oui en théorie on ne partage pas un nude qu’on reçoit car c’est un manque de respect pour la personne qui l’envoie et que surtout c’est illégal !!! Ça c’est la théorie. La réalité du terrain c’est qu’une fois ce nude envoyé comme n’importe quelle image tu ne la maîtrise plus et que tu prends ce risque du partage sans ton accord. Alors que faire ??? 1- de l’éducation pour que cela rentre dans les petites têtes des cons étroits qui partagent
    2- en attendant que ce comportement devienne la norme faire aussi de l’éducation en expliquant le risque couru à partager ce genre d’images.
    Oui on devrait être libre de faire comme on veut sans avoir peur, mais la réalité est autre, notre société est agressive, méchante et cruelle. C’est la triste réalité donc pour le moment hélas il faut accepter que faire ce genre d’envoi c’est prendre le risque de voir son image et sa réputation détruite.
    Personnellement j’éduque ma fille et mon fils pour qu’ils ne fassent ni l’un ni l’autre aussi bien l’envoi que le partage éventuel des images reçu. C’est triste mais que faire ???

  2. 20 mars 2021 / 11 h 25 min

    C’est clair que le tweet est très maladroit ! Il fait reposer la faute sur la personne qui a envoyé le nude, alors que la personne indigne de confiance, c’est quand même celle qui a reçu. Donc ils s’y sont mal pris mais le fait de sensibiliser à faire gaffe à qui t’envoie des nude, je trouve ça bien, par contre. Surtout vis à vis des jeunes. J’ai fait un remplacement dans un collège et j’ai appris que tous les mecs avaient des photos de nude d’une gamine qui l’avait envoyé à son mec, et ça tournait… et c’est horrible pour cette pauvre jeune fille et cette jeune fille ne l’aurait pas fait si elle avait su comment ça se passe ! Parce que certes, c’est pas de sa faute si le mec partage la photo, mais enfin c’est pas une raison pour qu’elle éprouve la honte qu’elle pourrait ressentir (et ce genre de “honte du viol” je l’ai déjà ressentie pour un truc beaucoup moins grave (heureusement) donc je peux dire que c’est très perturbant et abyssal).

    Je suis plutôt d’accord avec le commentaire d’Anthony juste au-dessus.

    Le truc c’est que l’on est dans des situations complexes, même si ça n’en a pas l’air. Par contre, effectivement, que la com’ de la Police Nationale se soit pas posée plus de questions… c’est la preuve qu’ils ne pensaient pas à mal, pour moi. Mais effectivement, quand on sait qu’à côté de ça des femmes voient leur dépôt de plainte refusée, c’est embêtant. Mais à côté de ça il y a des collégiennes qui partagent des photos ou des vidéos sur internet, qui se montrent quasi à poil et se félicitent de leur 6 000 abonnés (histoire vraie) sans se rendre compte que dans les 6 000 il y a probablement une bonne proportion de pédophiles… donc il faut aussi expliquer à ces jeunes filles que prendre de telles images est dégradant pour elles. Et qu’elles prennent des risques en le faisant. Pour les protéger des prédateurs sexuels de toutes sortes. Parce que aussi on a tendance à penser que la majorité des hommes est comme ça. Moi je pense que c’est faux. Il y a des tas d’hommes équilibrés et respectueux des autres individus, y compris des femmes. Il y a aussi des hommes qui sont violents sans s’en rendre compte (c’est la zone grise, et là où la sensibilisation doit porter). Et des prédateurs sexuels et de gros connards qui, prévention ou pas prévention, continueront de partager des nude qu’ils reçoivent.

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :