Cela fait quelques jours que j’essaie d’écrire cet article sur la solitude de l’auto-entrepreneur… J’ai du mal à trouver les mots pour exprimer exactement ce que je ressens. Paradoxal non pour celle dont le slogan est justement de trouver les bons mots pour partager l’émotion, n’est-ce pas ? Parce que j’ai envie de partager avec toi une réalité commune à beaucoup d’auto-entrepreneurs, sans pour autant tomber dans la pleurnicherie…

Comme tu le sais peut-être, je suis en train de monter ma micro-entreprise pour travailler en tant qu’écrivain public et rédactrice web ains que pour donner un statut officiel et légal à mon rôle d’Ambassadrice pour Newfeel entre autres choses. Afin d’être sereine, notamment sur l’aspect financier, j’ai quitté Paris – mes amis et sa météo pas toujours au top – pour retrouver le Sud, son soleil et sa jolie mer… Aujourd’hui, j’habite chez mes Parents… Et je commence à souffrir de la solitude…

Je lâche tout sur Paris : Échec ou Nouveau départ ?

Et ce n’est pas tous les jours facile. Parce que les seules personnes que je côtoie, et bien, ce sont mes parents justement. Si je suis ultra heureuse d’avoir retrouvé la douceur de vivre du Sud, je ne suis absolument pas comblée d’un point de vue sociabilité. C’est bien simple, je suis constamment toute seule.

La solitude, voilà le problème. Mais aussi le manque de contact humain et de stimulation. J’ai beau adorer mes parents, ce sont mes parents, pas mes amis et encore moins d’autres entrepreneurs. Ils ne comprennent pas toujours ce que je fais et les conversations tournent rapidement court.

Même quand je vais m’entraîner, je suis seule. Et clairement cela commence à me peser.  Je n’arrête pas de dire que j’ai hâte de pouvoir prendre un appartement sur Montpellier. Parce que d’une part, cela me permettra de retrouver mon indépendance et d’autre part, parce que je sais que je trouverais de nouvelles sources de stimulation. Pour ma vie professionnelle comme personnelle.

Aller courir en groupe, m’inscrire à un club de natation ou un studio de danses latines, participer à des afterworks d’auto-entrepreneurs… Bref, rencontrer du monde tout simplement et retrouver une vie un peu plus dynamique que celle que j’ai actuellement à Agde…

Parce que clairement, je m’ennuie… Et mes amis parisiens me manquent.

Pourtant, je savais à quoi m’attendre quand j’ai pris la décision de rentrer dans le Sud… Je savais que l’hiver allait être long, que beaucoup de travail m’attendait, et que cela allait être le calme plat… Même si je suis consciente de la chance que j’ai de pouvoir lancer mon activité dans de telles conditions, je me rends compte aussi que cela ne motive pas autant que cela.

Parce que je n’ai personne avec partager mes avancées ou mes doutes… Parce que si je me plante, “ba ce n’est pas grave, j’aurais essayé”. Sauf que si j’ai décidé de tout lâcher sur Paris pour rentrer chez mes parents, c’est pour me construire un cadre de vie qui me conviennent, qui me permettent de vivre de mes passions. J’adore écrire, partager. Pas pour me dire “au moins, j’ai essayé”.

Je suis Ambassadrice Fitness Walking pour Newfeel !

la solitude de l'entrepreneur - une femme qui travaille seule

Je veux réussir cette entreprise et je sais que je ne dois rien lâcher face à cette solitude qui pèse de plus en plus lourd sur mes épaules. Parce que je le regretterais toute ma vie. Parce que je sais que ce n’est que la première étape de mon “grand” projet. Aider les autres à prendre confiance en eux et à réaliser leurs rêves. Parce que je n’aime rien de plus que de voir cette petite flamme dans leurs yeux quand ils se rendent compte que oui, ils l’ont fait…

Et pour cela, je dois commencer par avoir confiance en moi. Parce que j’ai besoin que cette première étape d’écrivain public et de rédactrice web se mette correctement en place. Pour pouvoir ensuite déménager sur Montpellier, passer le CQP Athlé loisir et devenir coach sportive, créer une communauté d’entraide, éventuellement écrire un livre… Bref, aider les autres à réaliser tout leur potentiel.

Mais en attendant la solitude me pèse… Il va falloir faire avec et continuer à avancer dans mes projets, notamment la réalisation de mon site professionnel qui commence à traîner… Reprendre un rythme sportif qui me fait du bien, relancer les newsletters, revenir sur les réseaux sociaux…

Il est facile de se tenir avec la foule, il faut du courage pour rester seul.

Gandhi

 

Heureusement que l’été va bientôt commencer et avec lui, mon emploi saisonnier…

 

Une jeune femme tout à fait ordinaire qui a décidé de rendre sa vie extraordinaire grâce au sport, au blog et au partage ! Une vie qu’elle veut croquer à pleine dents ! Runneuse, marcheuse, fitgirl, apprentie nageuse… Je vis ma vie à 200 km/h !

16 thoughts on “La solitude de l’auto-entrepreneur”

  1. Courage tu es sur la bonne voie.
    Coté solitude je te comprends, je ne suis pas auto-entrepreneur mais je suis une “expatriée” dans le Tarn et mes copines me manquent, ici les relations entre femmes sont compliquées et encore plus quand on est “pas d’ici”.
    Tu vas y arriver soit patiente avec toi même.
    Bises

    1. Oui, mais malheureusement Agde est une petite ville et ce genre d’espace n’y existe pas. Mais c’est clair qu’une fois sur Montpellier, j’irais en trouver quelques-uns !

  2. Coucou! Je suis aussi auto-entrepreneuse mais j’ai aussi un job à temps plein en +, et je suis installée depuis Décembre à Beziers : tiens moi au courant si tu passes dans le coin! 😉

  3. Hello, courage à toi, j’ai beaucoup aimer lire ton article car j’ai dans le projet de me mettre auto-entrepreneur également et je dois avouer que la solitude est la chose qui me fait le plus peur. Merci à toi pour ton partage 🙂

  4. Comme je te comprends ! Ce qui m’aide et me nourrit ce sont les échanges sur les blogs et autres réseaux sociaux en attendant les vrais rencontres. Nous avons pas mal de points communs. Je me lance également dans l’entreprenariat pour être écrivain, thérapeute et coach. Ma messagerie est ouverte ! 😉

  5. L’entrepreneuriat est toujours une aventure très solitaire. Même entourée d’amis, on a du mal à être comprise. Ce qui m’a beaucoup aidé ce sont les groupes pour entrepreneures sur facebook. J’en ai rencontré certaines en vrai, mais rien que la relation digitale suffit avec les autres. On partage les mêmes doutes, les mêmes difficultés et ça fait vraiment du bien de pouvoir librement parler de tout ça.

  6. Je dois avouer que j’ai aussi énormément peur de cela, le jour où je lâcherai tout pour être à 100% dans mon projet je sais que je serai aussi bien seule. On a beau avoir une famille qui nous soutient (plus ou moins) avoir des amis et des personnes qui savent ce que l’on vit est essentiel… As-tu déjà pensé à “avoir” une business bestie ? Cela t’aiderait peut-être !

    Courage en tout cas, je suis certaine que tu réussiras et que cette aventure sera merveilleuse <3
    Pêche

  7. Cette article j’aurais pu l’écrire ! C’est fou …
    Je suis en freelance depuis presque 2 ans et la solitude est ma grande amie ^^ Je suis un peu dans le même schéma que moi : j’ai déménagé en Corse il y a 3 ans donc mis à part mon conjoint je ne vois pas grand monde. Et j’ai du mal à pousser la porte d’un espace de Coworking.
    Bon courage à toi !

  8. Bonjour Margaux,

    Je me permets de vous laisser un petit commentaire car votre article m’a beaucoup touchée. En tant qu’affiliate manager chez Kang, plateforme de mise en relation entre des freelances spécialisés dans la communication digitale et notre communauté d’utilisateurs, je suis particulièrement sensible à cette problématique.

    Conscients des particularités de la situation des travailleurs indépendants, nous avons choisi de nous positionner en garant de votre travail et de maintenir un lien social en privilégiant la proximité avec les freelances inscrits sur la plateforme. Ainsi, nous nous déplaçons dans toute la France (même à Montpellier !) pour venir à votre rencontre. Nous organisons également des ateliers pour que vous puissiez échanger avec notre communauté et trouver les réponses à vos interrogations professionnelles.

    Pour plus d’informations, je vous donne rendez-vous sur kang.fr et sur la page dédiée à nos masters master.kang.fr. N’hésitez pas à me contacter par mail à l’adresse pauline@kang.fr : je serai ravie d’échanger avec vous sur notre fonctionnement !

    En vous souhaitant une belle journée 🙂

    Bien cordialement,

    Pauline | Affiliate Manager | Kang.fr

  9. Je ne comprends que trop bien…
    Dans mon cas c’est un peu différent mais le résultat est le même.
    Il y a 15 jours, nous avons emménagé à Toulouse. Nous avons quitté Paris pour venir vivre à 700km. Et ici, on ne connait personne. Chéri est au boulot toute la journée et moi, je cherche du boulot. Alors je suis toute seule chez moi toute la journée. J’ai plein de trucs à faire mais je ne vois personne.
    Mes plus proches amies, je les voyais pas forcément très souvent mais là, savoir qu’elles sont à l’autre bout de la France bah… Gloups. Dans les moments de découragement, j’ai envie de tout lâcher, de pleurer sous ma couette et de regretter.
    Mais il faut se souvenir que le bonheur n’est pas que dans la facilité et qu’on n’a pas fait tout ça pour rien.

  10. Connais tu le site meet up? on me la conseillé justement pour rencontrer de nouvelles têtes tout en faisant des activités qui nous plait. En tant que solo entrepreneur travaillant à domicile, je crois que je vais bientôt tenter !

  11. Je sais ce que c’est je suis passé par là.
    Retourner chez les parents, travailler seul, faire du sport seul – même en salle car personne ne se parle mais tout le monde se regarde – affronter ses peurs seul, et même quand tu es avec quelqu’un si cette personne ne te soutient pas ça accentuera le sentiment de solitude !
    J’ai voulu vivre à Montpel, c’est cool mais dans ton cas mieux vaut avoir un boulot alimentaire en parallèle, car tu peux attendre une durée indéterminée avant de pouvoir te sortir un salaire !
    Et t’en as besoin pour être sur Montpel.
    Donc courage, on est tous passé par là !

    1. Prendre un job alimentaire était dans mes projets. Je voulais me laisser le temps de poser les bases de mon entreprise jusqu’en Octobre/Novembre, puis aviser. Aurais-je besoin d’un temps complet ? Ou un temps partiel suffira-t-il ?
      C’est vrai que j’ai envie de bouger sur Montpellier pour deux choses : d’une part, parce que j’aurais plus d’opportunités professionnelles et d’autre part, parce que cela me permettra de sociabiliser plus facilement… Merci en tout ! 🙂

Un petit mot à me laisser ? C'est par ici !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :