Comme tu le sais peut-être, je viens juste de fêter mes 25 ans… C’est un drôle d’âge que d’avoir 25 ans … Je ne suis plus une enfant et pourtant, je n’ai pas encore l’impression d’être totalement une adulte. Tant de choses changent autour de moi, et à commencer par moi. Je suis en train de devenir la femme que je veux être. Avec ses forces et ses faiblesses. Avec ses projets et ses ambitions… 

Être une femme forte, voilà ce que je veux être.

Être une femme forte, indépendante et fière plus exactement, qui mène sa barque comme elle l’entend. J’ai des rêves, des ambitions, des convictions. Et je veux pouvoir vivre ma vie sans les compromettre. La vie est faite de compromis, je le sais bien. Mais je suis entière. Il y a certaines choses que je refuse. Je veux pouvoir vivre de ce que j’aime…

Etre une femme forte vivant de sa passion

Et cela commence par mon métier…  Alors même si j’adore bosser à Decathlon, je me rends compte que j’ai beaucoup de mal avec la hiérarchie et l’autorité. Sans compter que ce que je préfère, ce n’est pas forcément la vente, mais plutôt le conseil sportif et mes sessions de marche et de course à pied… J’adore motiver ces femmes, les encourager, les rendre plus sûres d’elles, leur montrer qu’elles sont capables de le faire.

Mais bien souvent durant ces sessions, je voudrais pouvoir aller plus loin. Sauf que je suis limitée. Limitée en termes de compétences, de connaissances. Mais aussi parce que faute de diplôme, je n’ai tout simplement pas le droit… Alors cette idée trotte dans ma tête. La solution ne serait-elle pas de devenir coach ? Mais quelle formation choisir et comment la financer ?

Je suis parfaitement consciente que je ne choisis pas la voie la plus facile. Mais j’ai vraiment envie de créer quelque chose, d’aller jusqu’au bout de mes convictions. Je suis entière. Il y a des choses sur lesquelles je ne transige pas : mes convictions, mes ambitions, mais surtout la passion…  Les différentes rencontres que j’ai pu faire sur Paris m’ont ouvert les yeux : il est possible de vivre de sa passion, même s’il ne faut pas avoir peur de se retrousser les manches et de se mettre au travail.

Beaucoup de boulot et d’efforts m’attendent. Mais après tout…

Je veux être une femme forte !

Une femme qui n’a pas peur du chemin qui s’ouvre devant elle.Un chemin vers l’auto-entrepreneuriat… C’est la première fois que je pose les mots. Jusqu’à présent, c’est une envie secrète dont seules quelques personnes, de mon entourage proche, étaient au courant. Pour le moment, ce n’est qu’une envie, une ambition. Mon cerveau fume à force de réfléchir à comment la rendre concrète et quelle stratégie entreprendre.

Parce que oui, il me faut un plan. Il y aura des étapes à franchir. Travailler le blog. Agrandir et consolider notre petite communauté. Trouver la formation adéquate. La financer. Passer en statut auto-entrepreneur… Mais toujours en conservant mon intégrité et mes convictions ! Tant de choses à faire. Mais j’ai le temps. Je ne veux pas me précipiter et me lancer avant qu’il soit l’heure. Car je pense que j’ai encore besoin de faire mûrir mon idée, mais surtout j’ai encore besoin moi-même de mûrir… Si je veux aider les femmes à être des femmes fortes, il faut déjà que je le devienne moi-même.

Que je finisse de me trouver, de trouver mon chemin. En attendant, rien de m’empêche de commencer à poser les fondations de mon projet…

C’est là que je rends compte que du haut de mes 25 ans, je commence à prendre de l’assurance. Je commence à savoir ce que j’ai envie de faire, et surtout comment je peux y arriver. Elles sont loin les questions que je me posais du temps où j’étais stagiaire… Dire que cet article a déjà un an. L’évolution est belle et bien là ! J’avance lentement mais sûrement. Et je sais qu’un jour, j’y arriverais !

Etre une femme forte bien dans sa peau

Un autre point sur lequel j’ai beaucoup travaillé, c’est le rapport que j’entretenais avec mon corps. On le déteste bien souvent, on le maltraite, on lui mène la vie dure, on ne lui fait pas confiance. Alors que notre corps est une merveille de la nature. Et ça, on s’en rend compte bien souvent trop tard ! J’ai fais un gros travail sur moi-même au cours de cette année. Et je sens que j’ai eu un gros déclic avec le marathon, comme je le disais dans mon article sur les complexes et comment les accepter

Jusqu’à ce jour béni du 09 avril 2017,  j’étais en pleine phase d’acceptation de mon corps, de mes rondeurs. J’apprenais à les accepter. Puis j’ai eu ce déclic. Depuis, je suis nettement plus sereine, plus en accord avec moi-même. J’ai appris à travailler main dans la main avec mon corps, et non plus contre lui… Et bizarrement, depuis, les progrès sont fulgurants.

Et j’ai envie de partager cet état d’esprit aux femmes autour de moi. Nous sommes belles, nous sommes magnifiques, nous sommes fortes, fières et indépendantes. Arrêtons de vouloir rentrer dans un moule qui ne fait que nous rendre malheureuses. Si je veux mener ma barque comme je l’entends d’un point de vue professionnel, ce n’est pas pour me faire dicter la façon dont mon corps doit être. Je suis moi. Accepte moi telle que je suis, avec mes forces et mes faiblesses, avec mes qualités et mes défauts. Aime moi telle que je suis. Sans quoi je ne ferais pas dans la dentelle… Je risque de t’écarter plus ou moins définitivement de ma vie…

La vie est déjà suffisamment compliquée, sans que j’accepte de me faire tirer par le bas par des personnes toxiques. Toxiques par leurs mots, toxiques par leur façon de penser, toxiques par leur attitude… Alors oui, il y a de grandes chances que je te vire de ma vie, de façon plus ou moins délicate.Je te l’ai dit, je suis entière. Il y a des compromis que je refuse de faire…

Je veux aider ces femmes à s’aimer et s’accepter sans compromis, à se sentir mieux dans leur peau, à trouver leur voie… Bref, à être des femmes fortes…

Margaux Lifestyle

4 thoughts on “Être une femme forte : à l’aube de mes 25 ans”

  1. Ton article transmet de bonnes ondes positives !
    J’ai eu 25 ans cette année aussi… et je me suis totalement reconnue dans ce que tu as écris !
    J’espère que tu pourras concrétiser tes projets 🙂

    1. J’espère que tu pourras aussi concrétiser les tiens !!! J’ai l’impression que l’on est une génération qui se pose beaucoup de questions et qui n’accepte pas les compromis ! Belle journée à toi !

N'hésite pas à laisser un commentaire pour continuer la discussion

%d blogueurs aiment cette page :